samedi 26 novembre 2022

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 24, 37-44

 En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : `` Comme il en fut aux jours de Noé, ainsi en sera-t-il lors de la venue du Fils de l’homme. En ces jours-là, avant le déluge, on mangeait et on buvait, on prenait femme et on prenait mari, jusqu’au jour où Noé entra dans l’arche ; les gens ne se sont doutés de rien, jusqu’à ce que survienne le déluge qui les a tous engloutis : telle sera aussi la venue du Fils de l’homme. Alors deux hommes seront aux champs : l’un sera pris, l’autre laissé. Deux femmes seront au moulin en train de moudre : l’une sera prise, l’autre laissée. Veillez donc, car vous ne savez pas quel jour votre Seigneur vient.

Comprenez-le bien : si le maître de maison avait su à quelle heure de la nuit le voleur viendrait, il aurait veillé et n’aurait pas laissé percer le mur de sa maison. Tenez-vous donc prêts, vous aussi : c’est à l’heure où vous n’y penserez pas que le Fils de l’homme viendra. ``

1er dimanche de l’Avent A

Marcher vers la lumière

Discrètement, Dieu prépare le rassemblement de tous les peuples autour de son Fils dans les derniers jours. Pour entrer dans son royaume de paix, munissons-nous des armes de lumière et revêtons-nous du Seigneur Jésus Christ.

PAROLES DU SAINT PÈRE

1er dimanche de l’Avent A

Marcher vers la lumière

Discrètement, Dieu prépare le rassemblement de tous les peuples autour de son Fils dans les derniers jours. Pour entrer dans son royaume de paix, munissons-nous des armes de lumière et revêtons-nous du Seigneur Jésus Christ.


PAROLES DU SAINT PÈRE

 Aujourd’hui commence l’Avent, le temps liturgique qui nous prépare à Noël, en nous invitant à élever notre regard et à ouvrir notre cœur pour accueillir Jésus. Pendant l’Avent, nous ne vivons pas seulement l’attente de Noël; nous sommes également invités à réveiller l’attente du retour glorieux du Christ — quand il reviendra à la fin des temps —, en nous préparant à la rencontre finale avec Lui par des choix cohérents et courageux. Nous faisons mémoire de Noël, nous attendons le retour glorieux du Christ et aussi notre rencontre personnelle: le jour où le Seigneur appellera. Pendant ces quatre semaines, nous sommes appelés à sortir d’un mode de vie résigné et routinier, et à sortir, en alimentant des espérances, en alimentant des rêves pour un avenir nouveau. (Angélus, 2 décembre 2018) 

 Laudato Si’ n° 70 (encyclique du pape François) :

 "Tout est lié, et la protection authentique de notre propre vie comme de nos relations avec la nature est inséparable de la fraternité, de la justice ainsi que de la fidélité aux autres."

 Questions de méditation et de partage

 Quel sens donner au verbe « veiller » dans l’Évangile et dans l’invitation du Pape à prendre soin de notre maison commune (cf. encyclique Laudato Si’) ?

À quoi la référence à l’histoire de Noé nous invite-elle dans l’Évangile et dans Laudato Si’ ?

Que signifie pour nous « tout est lié » ? Comment le comprendre à la lumière de cet Évangile ?

« Tenez-vous donc prêts » : À quoi nous engage l’invitation de Jésus dans cet Évangile ?

Invitation à poser un geste

 Le pape François nous invite à poser des gestes concrets (Laudato Si’ 211) 

« … L’éducation à la responsabilité environnementale peut encourager divers comportements qui ont une incidence directe et importante sur la préservation de l’environnement tels que : éviter l’usage de matière plastique et de papier, réduire la consommation d’eau, trier les déchets, cuisiner seulement ce que l’on pourra raisonnablement manger, traiter avec attention les autres êtres vivants, utiliser les transports publics ou partager le même véhicule entre plusieurs personnes, planter des arbres, éteindre les lumières inutiles. Tout cela fait partie d’une créativité généreuse et digne, qui révèle le meilleur de l’être humain. Le fait de réutiliser quelque chose au lieu de le jeter rapidement, parce qu’on est animé par de profondes motivations, peut être un acte d’amour exprimant notre dignité. »

 Quel geste vais-je poser durant ce temps de l'Avent qui commence ?

Prière

 Seigneur Dieu, Tu nous as confié la terre avec tout ce qu’elle contient… Apprends-nous à protéger cette terre, à la cultiver… Apprends-nous à prendre soin de la faune et de la flore. Apprends-nous à prendre soin de tous ses habitants, spécialement les plus fragiles. Apprends-nous à avoir le geste nécessaire, à avoir ton regard, pour voir en chaque être humain, un frère, une sœur…

 (Un grand merci au diocèse d'Arras et à son Référent à l'écologie intégrale Stéphane pour le partage des fiches de l'Avent cette année !)


https://reseau-laudatosi.cathocambrai.com/avent-2022-semaine-veillez.html 

samedi 19 novembre 2022

ÉVANGILE DE JÉSUS-CHRIST SELON SAINT LUC 23,35-43

 (LE CHRIST, ROI DE L’UNIVERS –  Jésus Crucifié)

 En ce temps-là, on venait de crucifier Jésus, et le peuple restait là à observer. Les chefs tournaient Jésus en dérision et disaient : « Il en a sauvé d’autres : qu’il se sauve lui-même, s’il est le Messie de Dieu, l’Élu ! » Les soldats aussi se moquaient de lui ; s’approchant, ils lui présentaient de la boisson vinaigrée, en disant : « Si tu es le roi des Juifs, sauve-toi toi-même ! » Il y avait aussi une inscription au-dessus de lui : « Celui-ci est le roi des Juifs. »

L’un des malfaiteurs suspendus en croix l’injuriait : « N’es-tu pas le Christ ? Sauve-toi toi-même, et nous aussi ! »
Mais l’autre lui fit de vifs reproches : « Tu ne crains donc pas Dieu ! Tu es pourtant un condamné, toi aussi !
Et puis, pour nous, c’est juste : après ce que nous avons fait, nous avons ce que nous méritons. Mais lui, il n’a rien fait de mal. »
Et il disait : « Jésus, souviens-toi de moi quand tu viendras dans ton Royaume. »
Jésus lui déclara : « Amen, je te le dis : aujourd’hui, avec moi, tu seras dans le Paradis. »

Question :

 Quels éléments de ce récit vous aident à mieux comprendre qui était Jésus ?

Le Christ, Roi de l’univers C : Un roi pour tout le monde

 Jésus, tout roi qu’il est, est proche de nous et plein de miséricorde. Il utilise son pouvoir pour pardonner et accueillir. Il nous inspire et nous invite ainsi à participer à la construction du monde.

 Le bon larron reconnaît que Jésus ne mérite pas cette mort injuste et ose alors une prière: «Souviens-toi de moi quand tu viendras dans ton Royaume.» À son exemple, reconnaissons la justice de Dieu et osons lui demander de poser son regard bienveillant sur nous en lui disant:

 Ce récit de l’Évangile nous présente Jésus crucifié entre deux malfaiteurs, et, devant lui, un peuple silencieux et perplexe, et sur sa croix l'inscription : « Celui-ci est le Roi des Juifs ». Il n'est pas assis sur un trône, mais cloué sur une Croix ; Il n'apparaît pas entouré de sujets fidèles qui l'encensent et le flattent, mais de dirigeants juifs qui l'insultent et de soldats qui l’humilient. Il n'exerce pas d'autorité de vie ou de mort sur des millions d'hommes, mais il est cloué sur une croix, impuissant, condamné à une mort honteuse et infâme ... Aucun signe ne l’identifie avec le pouvoir, l'autorité et la royauté terrestre. Jésus-Christ, le Messie et Roi d'Israël, descendant de David, est considéré dans le Nouveau Testament comme la réponse de Dieu aux attentes du Peuple de Dieu. Il est venu restaurer, à la manière de Dieu son Père, le royaume de David. Jésus est donc le Roi qui, à l'image de ce que David a fait avec Israël, fait paître le nouveau Peuple de Dieu. Avec Jésus, le règne de Dieu est présenté comme un temps idéal d'unité, de paix, de bonheur et de salut. Célébrer Jésus, Christ Roi de l'Univers, c'est célébrer l'universalité du salut. Fêter "Christ- Roi", c’est célébrer Dieu qui offre son salut à tous et à toutes par Jésus-Christ. Jésus n'est pas du tout un roi comme les autres, car son Royaume n'est pas de ce monde. Sa couronne est faite d'épines. Son pouvoir est différent du pouvoir de ce monde. C'est précisément sur la Croix qu’Il manifeste pleinement sa royauté. La croix est son trône. Régner avec Jésus, Roi de l’Univers implique que nous ayons le courage de prendre notre croix quotidiennement, avec les sacrifices nécessaires, de le suivre avec disponibilité, fidélité. Régner avec Jésus, c'est expérimenter la force désarmée de l'amour, et ce n'est qu'ainsi que la célébration de la Solennité du Christ, Roi et Seigneur de l'Univers, devient digne et nécessaire pour chacun et chacune de nous.

Louiders Jean Pierre, prêtre

 

 

 

 

 

 

 

samedi 12 novembre 2022

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 21, 5-19

 C’est par votre persévérance que vous obtiendrez la vie.

En ce temps-là, comme certains disciples de parlaient du Temple, des belles pierres et des ex-voto qui le décoraient,  Jésus leur déclara : ``Ce que vous contemplez, des jours viendront où il n’en restera pas pierre sur pierre : tout sera détruit. `` Ils lui demandèrent : `` Maître, quand cela arrivera-t-il? Et quel sera le signe que cela est sur le point d’arriver? `` Jésus répondit : `` Prenez garde de ne pas vous laisser égarer, car beaucoup viendront sous  nom, et  diront : `` C’est moi ``, ou encore : ``Le moment est tout proche`` Ne marchez pas derrière eux ! Quand vous entendrez parler de guerres et des désordres, ne soyez pas  terrifiés: il faut que cela arrive d’abord, mais ce ne sera pas aussitôt e la fin. ``

 Alors Jésus ajouta :``On se dressera nation contre nation, royaume contre royaume. Il y aura de grands tremblements de terre et, en divers lieux, des famines et des épidémies; des phénomènes effrayants surviendront, et de grands signes venus du ciel.

 Mais avant tout cela, on portera la main sur vous et l’on vous persécutera : on vous livrera aux synagogues et aux prisons, on vous fera comparaître devant des rois et des gouverneurs, à cause de mon nom. Cela vous amènera  à rendre témoignage. Mettez-vous dans l’esprit  que vous n’avez pas à vous préoccuper de votre défense. C’est moi, qui vous donnerai  un langage et une sagesse à laquelle tous vos adversaires ne pourront ni résister, ni s’opposer. Vous serez livrés même par vos parents, vos frères, votre famille et vos amis, et ils feront mettre à mort certains d’entre vous. Vous serez détestés de tous, à cause de mon nom. Mais pas un cheveu de votre tête ne sera perdu.  C’est par votre persévérance que vous obtiendrez la vie.``

33e dimanche du temps ordinaire C

Traverser les tempêtes

 Au cœur des «fins du monde» qui peuvent survenir dans notre vie (deuil, perte d’emploi, maladie grave, crise environnementale, etc.), la présence du Christ, l’ami fidèle, nous accompagne et nous soutient.

Les paroles de Jésus font malheureusement écho aux actualités qui nous arrivent tous les jours par les médias en tout genre. Mais a-t-il déjà existé une époque sans guerre, sans persécution ou sans conflit intra-familial ? Est-ce à dire que notre monde est condamné à la violence et que notre humanité ne peut vivre dans la paix ? Que devons-nous faire face à ces nouvelles qui nous écrasent ? Ces questions sont plus que légitimes et soit elles nous désespèrent, soit elles peuvent nous inviter à l’action et à la solidarité. Toutes les images fortes proposées par Jésus ont pour but de nous sortir d’une fascination malsaine pour les institutions et pierres d’édifices religieux qui pourraient nous rassurer à bon compte. Il s’agit de tourner notre regard sur l’engagement pour Dieu et pour les plus éprouvés, engagement qui peut amener au témoignage et au martyre. Ne nous décourageons pas, notre persévérance est un don de Dieu et un chemin de service et de joie partagée. Manuel Grandin, jésuite

mardi 8 novembre 2022

Le jour du Souvenir, pour ne pas oublier

 Chaque année, le 11 novembre, nous honorons ceux qui ont servi en temps de guerre, de conflit militaire ou de paix. Autrefois appelé jour de l’Armistice, ce moment rappelle la fin de la Première Guerre mondiale, et représente une occasion de se souvenir de tous ceux qui ont défendu la nation.

C’est à la onzième heure du onzième jour du onzième mois qu’est observé un moment de silence pour les vétérans. Ce jour est consacré au souvenir des morts, mais il arrive qu’au cours de certaines cérémonies, les gens soient incités à se souvenir des horreurs de la guerre et à œuvrer pour la paix.

Pour ce qui est du coquelicot rouge, il est devenu le symbole du jour du Souvenir en 1921. Le poète et soldat canadien John McCrae l’évoqua dans son poème le plus connu, Au champ d’honneur, qui lui fut inspiré par les coquelicots qui poussaient le long du front occidental lors de la Première Guerre mondiale. Le poème débute ainsi : « Au champ d’honneur les coquelicots/Sont parsemés de lot en lot/Près des croix ».


Il faut savoir que ces fleurs envahissaient les fosses communes laissées par les batailles. De plus, lors de la Première Guerre mondiale, les bombardements d’artillerie intensifs bouleversèrent complètement le paysage, et les coquelicots s’épanouirent en ces lieux, dispersant leur couleur rouge sang.

Le coquelicot demeure, au Canada, en Grande-Bretagne, dans les pays du Commonwealth et aux États-Unis, un symbole durable du souvenir de tous ceux qui ont servi leur pays ou qui sont morts pour lui.

Guy Jacques



samedi 5 novembre 2022

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 20, 27-38

Les Sadducéens et la Résurrection.

En ce temps-là, quelques  sadducéens - ceux qui soutiennent qu’il n’y a pas de résurrection – s’approchèrent  de Jésus et  l’interrogèrent: "Maître, Moïse nous a donné cette loi: Si un homme a un frère marié mais qui meurt sans enfant, qu’il épouse la veuve pour donner une descendance à son frère.

 Or, il y avait sept frères: le premier se maria et mourut sans enfant; le deuxième, puis le troisième épousèrent la veuve, et ainsi tous les sept: ils moururent sans laisser d’enfants. Finalement la femme mourut aussi. Eh bien, à la résurrection, cette femme-là,   duquel d’entre eux sera-t-elle l’épouse, puisque les sept l’ont eue pour épouse?"

 Jésus leur répondit : `` Les enfants de ce monde prennent femme et mari. Mais ceux qui ont été jugés dignes d’avoir part au monde à venir et à la résurrection d’entre les morts ne prennent ni femme ni mari, car ils ne peuvent plus mourir : ils sont semblables aux anges, ils sont enfants de Dieu et enfants de la résurrection.

 Que les morts ressuscitent, Moïse lui-même le fait comprendre dans le récit du buisson ardent, quand il appelle le Seigneur le Dieu d’Abraham, Dieu d’Isaac, Dieu de Jacob.

Il n’est pas le Dieu des morts, mais des vivants. Tous, en effet, vivent pour lui. ``

32e dimanche du temps ordinaire C

Vers une nouvelle manière de vivre

Au moment de la mort, le Dieu des vivants nous accueille et une vie, toute nouvelle et qui ne finit pas, nous est réservée. L’amour aura le dernier mot.

Les Sadducéens ne croient pas à la résurrection, ce sont des hommes réalistes et "matériels" qui ne croient qu'à ce qu'ils voient et croient pouvoir vérifier, avec une loi. Ces hommes voient la vie avec les yeux de la loi, de la règle. Ils nient la résurrection, c'est-à-dire qu'ils croient que la mort est la fin de tout. Ils pensent que cela peut être facilement démontré sur la base de la loi et de la règle de la preuve. Ne pas croire à la résurrection, c'est ne pas croire à l'espérance et vivre dans la résignation que rien ne peut changer. Combien de fois cette idée d'impossibilité devient-elle aussi notre loi ? Les Sadducéens croient en la loi, mais ne savent pas comment regarder la vie. Ils connaissent les "cas" mais ne savent pas comment donner des réponses. Quel triste monde ! Il y a trop de résignation. Face à tant de mal, peut-on encore croire au bien, à la vie, à l'avenir ? Refuser de changer, se résigner à ce que nous sommes, c'est concrètement nier la résurrection, c'est nier qu'une autre vie soit possible. Jésus, en répondant aux sadducéens, nous dit le contraire. Il y a un autre monde possible, il y a une autre façon de voir la vie. La résurrection est la vie qui ne finit pas. C'est une fenêtre sur l'éternité. Trop souvent, nous acceptons que nous ne sommes que les enfants de ce monde, de ses lois qui séparent, distinguent, excluent. Aujourd'hui, Jésus nous demande de commencer à être des enfants de la résurrection, de vivre comme des " anges ", envoyés dans le monde pour prendre soin de nos frères et sœurs, pour construire un ailleurs par rapport au monde dans lequel nous vivons.
" Dieu n'est pas le Dieu des morts, mais des vivants, afin que tous vivent pour lui ". Vivre pour lui signifie ne pas vivre pour soi-même. En fait, quand on ne vit que pour soi, on est un peu comme mort. Mais, Dieu est le Dieu des vivants et non des morts ! Jésus veut donc que nous nous intéressions à la vie de chaque homme et de chaque femme, car il veut que nous soyons comme lui, le Dieu des vivants.

Questions de réflexion sur l'Évangile : 

 Que signifient pour vous les paroles de Jésus selon lesquelles Dieu n'est pas le Dieu des morts, mais celui des vivants ?

Quelle est votre image du paradis ? Qui sera là avec vous ?

Comment sommes-nous « vivants » en Christ aujourd'hui ?

 


mardi 1 novembre 2022

Toussaint : origines et significations

Le 1er novembre, les Catholiques célèbrent la fête de la Toussaint, aussi appelée « fête de tous les saints ». Elle célèbre l’ensemble des personnes mortes et entrées au Paradis.

La Toussaint est une fête religieuse en l'honneur de tous les saints. C'est en l'an 835 que le pape Grégoire IV instaura cette fête au 1er novembre, de façon à célébrer tous les saints et martyrs de l'Église, y compris ceux qui ne sont pas associés à un jour précis de l'année dans le calendrier et ceux qui sont restés inconnus. La fête de la Toussaint est donc une occasion de rappeler l’appel universel à la sainteté. Pour l’Église catholique, le Paradis n’est pas réservé à une élite dont la vie serait parfaite, mais au contraire, accessible à tous ceux « qui mettent leurs pas dans ceux du Christ.

La Toussaint a lieu le 1er Novembre, c'est à l'origine une fête chrétienne qui comme son nom l'indique célèbre tous les Saints le même jour. La Toussaint, de nos jours, a quelque peu évolué, c'est également le "jour des morts" où l'on rend hommage à toutes les personnes décédées de la famille. La coutume veut que l'on se rende au cimetière le jour de la Toussaint pour fleurir toutes les tombes de la famille. On a pu remarquer que les chrysanthèmes sont les fleurs les plus favorisées, en effet elles fleurissent à cette période et tiennent particulièrement bien le froid de novembre. Aujourd'hui la Toussaint est fortement liée à une autre coutume anglo-saxonne Halloween qui se fête la veille et célèbre également les morts d'une façon plus ludique. La fête des morts est un évènement qui a lieu dans presque tous les pays aux environs de la même date, parfois sous des noms différents.
 

dimanche 30 octobre 2022

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 19, 1-10

Zachée

 En ce temps-là, entré dans la ville de Jéricho, Jésus la traversait. Or, il y avait un homme du nom de Zachée ; il était le chef des collecteurs d'impôts, et c'était quelqu'un de riche. Il cherchait à voir qui était Jésus, mais il n'y arrivait pas à cause de la foule, car il était de petite taille. Il courut donc en avant et grimpa sur un sycomore pour voir Jésus qui devait passer par là. Arrivé à cet endroit, Jésus leva les yeux et l'interpella : « Zachée, descends vite : aujourd'hui il faut que j'aille demeurer dans ta maison. `` Vite, il descendit, et reçut Jésus avec joie.

Voyant cela, tous récriminaient : `` Il est allé loger chez un pécheur. `` Mais Zachée, s'avançant, dit au Seigneur : `` Voilà, Seigneur : je fais don aux pauvres de la moitié de mes biens, et si j'ai fait du tort à quelqu'un, je vais lui rendre quatre fois plus. `` Alors Jésus dit à son sujet : `` Aujourd'hui, le salut est arrivé pour cette maison, car lui aussi est un fils d'Abraham. En effet, le Fils de l'homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu. ``

 31e dimanche du temps ordinaire C

Un regard différent

La miséricorde fait partie de l’«ADN» de Dieu, elle colore son regard et son action: pour lui, toute personne peut être sauvée.

L’histoire de Zachée nous révèle aussi l’amour de Dieu. En effet, alors que tout le monde voyait Zachée comme un escroc et un homme méchant. Dieu voyait que cet homme avait besoin de rencontrer Jésus et d’être sauvé. En effet, la Bible nous dit : “(...) Dieu ne regarde pas comme les hommes : les hommes regardent l’apparence, mais le Seigneur regarde le cœur.”  (1 Samuel 16, 7) Tout comme Jésus avait vu tous les efforts que Zachée faisait pour le voir, aujourd’hui encore, il voit les efforts que nous faisons dans nos cœurs pour le voir et pour lui plaire. Ne nous inquiétons pas, lorsque Jésus s’invite dans nos cœurs, ce n’est pas pour nous faire une leçon de morale mais c’est pour nous apporter la liberté, la délivrance et la vraie joie. N’écoutons pas les jugements des hommes autour de nous mais restons focalisés sur ce que Jésus dit de nous. Ce sont les paroles de Jésus qui ont le pouvoir de nous changer.

 Questions

 Qui voulait voir Jésus ?

Pourquoi ne pouvait-il pas voir Jésus ?

Qu'est-ce que Jésus a dit quand il a vu Zachée ?

Jésus aime-t-il Zachée ? Qu'est ce qui te fait penser ça? Jésus nous aime aussi, même quand nous péchons.

Zachée a laissé Jésus changer son cœur. Jésus a dit que Zachée et sa famille étaient sauvés. Qu'en pensez-vous? Que pouvez-vous demander à Jésus de changer dans votre cœur aujourd'hui pour vous aider à être sauvé ?

Devinez le mot – Zachée  

 (Liste de mots: accueilli, salut, collecteur, Jéricho, arbre, quatre, pécheur, gens.

 1 C'était la ville où l'histoire a eu lieu …………………

2 C'était la profession de Zachée - impôt …………

3 Zachée a gravi un …………… .pour voir Jésus

4 Il y avait beaucoup de ……………… entourant Jésus

5 Jésus était ………………… .. chez Zachée

6 Jésus a dit le……………………… était venu dans la maison de Zachée ce jour-là

7 La foule était surprise que Jésus aille dans une maison d'un ……………………….

8 Zachée n'a pas remboursé les personnes mais leur a donné ………. fois plus.



 

jeudi 27 octobre 2022

Le conte de la citrouille enchantée

 

Selon une vieille légende, chaque année, au mois d’octobre, les citrouilles s’animeraient au coucher du soleil et discuteraient fébrilement de la nuit tant attendue de l’Halloween. Sachant qu’elles seront bientôt cueillies pour décorer les maisons, certaines voudraient qu’on leur sculpte un visage joyeux, d’autres un visage effrayant, certaines rêvent même d’avoir un chapeau, pour que ce soit plus rigolo.

Chaque printemps, à la ferme du village, le fermier plantait des graines afin que les citrouilles soient prêtes pour l’automne. Il arrivait que certaines de ces graines proviennent de citrouilles ayant déjà vécu des fêtes d’Halloween, ce qui permettait à leur esprit de revenir à la vie. Les plus anciennes pouvaient donc expliquer aux plus jeunes comment se déroule la grande fête d’Halloween.

·     L’Halloween, c’est tellement amusant!, dit l’une d’elles. Chaque année, à la même période, on se transforme en lanterne pour accueillir les petits monstres qui récoltent des bonbons de maison en maison.

·     Les maisons sont décorées de fantômes, de sorcières et d’araignées effrayantes!, ajouta une autre citrouille, qui a elle aussi célébré plusieurs fêtes.

·     Des fantômes et des sorcières? Mais c’est terrible!, dirent les jeunes citrouilles.

·     Ce ne sont que des décorations de plastique qui ne peuvent prendre vie comme nous, alors, ne craignez rien!, répondit une citrouille âgée.

Un jour, peu avant l’Halloween, Jérémie, le fils du fermier, était venu au champ avec ses parents pour choisir la citrouille qui trônerait devant leur maison. Son choix s’arrêta sur une citrouille ni trop grosse ni trop petite, qui lui semblait parfaite pour devenir une belle lanterne d’Halloween. La citrouille, qui était en fait une jeune citrouille, était excitée de vivre son premier Halloween et avait hâte de devenir une décoration effrayante à son tour. Elle était impatiente de découvrir les décorations, les bonbons et toutes les autres merveilles d’Halloween dont elle avait entendu parler.

Arrivée dans sa famille adoptive, elle remarqua que les décorations étaient bien différentes de celles qu’on lui avait décrites. Elle vit des araignées, des fantômes et des sorcières, mais rien n’était fait en plastique comme on le lui avait raconté.

Les décorations semblaient toutes faites à la main à l’aide de produits recyclés. Les fantômes étaient faits de sacs de papier sur lesquels on avait peint un visage. On avait fait des épouvantails avec des feuilles mortes et de vieux vêtements. Il y avait aussi des araignées dont les longues pattes crochues étaient faites de vieilles branches. Même les chauves-souris et les squelettes étaient faits de branches et d’objets réutilisés et parfois peints.

La jeune citrouille était fascinée par toutes ces décorations originales et se demandait pourquoi cette famille choisissait de décorer sa maison différemment des autres, qui arboraient presque toutes des décorations de plastique.

Puis vint le moment où Jérémie entreprit de transformer sa citrouille en lanterne d’Halloween. La jeune citrouille savait comment cela allait se passer, car les autres citrouilles de son champ lui avaient tout expliqué : Jérémie retirerait ses graines, lui découperait un visage, placerait une chandelle à l’intérieur d’elle et le tour serait joué!

Tout en travaillant, Jérémie s’appliquait à récupérer les graines et le plus de chair possible. La jeune citrouille était surprise de le voir agir ainsi, et même si elle savait qu’elle ne devait pas parler afin de garder le vieux secret des citrouilles enchantées, elle ne put s’empêcher de demander :

·     Ah! C’est de cette manière que vous découpez les citrouilles pour en faire de magnifiques lanternes!

Le petit garçon sursauta, surpris d’entendre parler sa citrouille.

·     Tu peux parler? Es-tu une sorcière?, demanda-t-il un peu effrayé.

·     Bien sûr que non! Toutes les citrouilles peuvent parler en octobre! C’est un secret transmis de génération en génération de citrouilles. J’étais trop curieuse, dit la citrouille. Si tu es capable de garder notre secret, nous en serions très heureuses!

Jérémie était soulagé que sa citrouille ne soit pas secrètement une sorcière et lui répondit simplement :

·     Nous faisons des lanternes pour décorer la maison, mais mes parents me disent toujours qu’on peut faire bien plus avec nos citrouilles d’Halloween. Par exemple, nous allons faire griller les graines pour les manger et utiliser la chair pour faire des biscuits et un potage! Comme ça, on évite le gaspillage. Mais nous n’oublierons pas de garder quelques graines à planter au printemps!

·     Ah! Je comprends maintenant!, répondit la citrouille, très fière de devenir plus qu’une décoration.

La curiosité de notre jeune citrouille ne s’arrêtait pas là. Elle voulait savoir pourquoi les décorations qui se trouvaient dans cette maison ne correspondaient pas à la description que lui avaient faite ses amies citrouilles.

·     Pourquoi vos décorations ne sont-elles pas faites de plastique, comme celles des autres maisons?, demanda-t-elle.

·     Toutes les maisons n’utilisent pas des décorations achetées au magasin, expliqua Jérémie. Moi, je préfère les fabriquer avec du matériel recyclé, en compagnie de mes parents et de mes amis. C’est très amusant, original et, en plus, ça nous aide à produire moins de déchets et à préserver l’environnement!

·     Oh, je vois, dit la petite citrouille. Donc, il y a plusieurs avantages à décorer comme tu le fais?

·     Bien sûr! C’est plus amusant, plus économique et plus écologique. Nous aimons aussi faire nos propres costumes! L’an dernier, je me suis déguisé en épouvantail avec une vieille chemise que mon père ne portait plus et j’ai gagné le concours de costumes de mon école!, dit le garçon avec enthousiasme.

La petite citrouille et le garçon discutèrent pendant quelque temps et elle en apprit beaucoup sur les coutumes de l’Halloween. Il lui expliqua qu’il y a plusieurs façons originales de célébrer cette fête en recyclant certains objets du quotidien pour en faire des décorations et des costumes et qu’on pouvait avoir autant de plaisir, tout en ayant un souci pour l’environnement.

Finalement, Jérémie compléta le visage de la citrouille et plaça une chandelle à l’intérieur. Il mit un point final à son chef d’œuvre en la coiffant d’un grand chapeau noir. La citrouille était maintenant une belle sorcière et elle eut beaucoup de plaisir à fêter son premier Halloween en effrayant les monstres et les princesses venues récolter des friandises. L’année suivante, lorsqu’octobre arriva et que vint le temps de se réveiller, elle s’empressa de raconter à ses amies citrouilles le plaisir qu’elle avait eu de célébrer l’Halloween avec une famille qui fabriquait elle-même ses décorations avec du matériel recyclé afin de respecter l’environnement!

http://www.environnement.gouv.qc.ca/jeunesse/contes/citrouille-enchantee.htm

dimanche 23 octobre 2022

23 octobre 2022 : Journée mondiale missionnaire - Prière universelle, 30e dimanche du temps ordinaire, C.

 


Publié par Prier au coeur du monde sur 19 Octobre 2022, 11:14am

Catégories : #Prière universelle

 

En cette journée missionnaire mondiale, nous prenons conscience de l’appel du Christ à devenir ses témoins. Tournons notre regard vers Lui et portons dans notre prière tous nos frères et sœurs pour que la joie de l’évangile les rejoigne.

· En cette journée missionnaire mondiale, le pape François nous invite à être chacun et tous ensemble témoins du Christ. Pour que l’Église, fidèle à l’Évangile et courageuse dans son annonce, soit un lieu de solidarité, de fraternité et d’accueil, Seigneur, nous Te prions.

· Nous portons dans notre prière les responsables politiques, économiques, associatifs. Que leur regard s’oriente de façon préférentielle sur les plus invisibles pour qu’advienne une société plus juste et fraternelle. Seigneur, nous T’en prions.

· Les crises matérielle et spirituelle dans notre monde provoquent une profonde désespérance, en particulier chez les jeunes. Pour que chacun trouve en Christ une espérance joyeuse et sache en témoigner dans son entourage, Seigneur nous Te prions.

· Ce mois de la mission nous a mis en mouvement dans nos communautés. Renouvelle-nous dans notre pratique et dans nos paroles pour annoncer le Christ vivant dans notre vie quotidienne. Seigneur, nous T’en prions.

Seigneur, Toi qui te révèles aux plus petits, que la joie de Ta rencontre nous inonde et nous donne l’élan de partir en mission dans notre vie quotidienne.

 

Merci au Prier au Cœur du Monde

 

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 18, 9-14

 Qui s'élève sera abaissé ; qui s'abaisse sera élevé.

En ce temps-là, à l’adresse de certains qui étaient convaincus d’être justes et qui méprisaient les autres, Jésus dit la parabole que voici : « Deux hommes montèrent au Temple pour prier. L’un était pharisien, et l’autre, publicain (c’est-à-dire un collecteur d’impôts). Le pharisien se tenait debout et priait en lui-même : “Mon Dieu, je te rends grâce parce que je ne suis pas comme les autres hommes – ils sont voleurs, injustes, adultères –, ou encore comme ce publicain. Je jeûne deux fois par semaine et je verse le dixième de tout ce que je gagne.”

Le publicain, lui, se tenait à distance et n’osait même pas lever les yeux vers le ciel ; mais il se frappait la poitrine, en disant : “Mon Dieu, montre-toi favorable au pécheur que je suis !” Je vous le déclare : quand ce dernier redescendit dans sa maison, c’est lui qui était devenu un homme juste, plutôt que l’autre. Qui s’élève sera abaissé ; qui s’abaisse sera élevé. »

30e dimanche du temps ordinaire C Envoyés vers les autres

 À l’exemple de l’apôtre Paul, qui s’est consacré à la proclamation de l’Évangile, nous sommes appelés à devenir les témoins et les envoyés d’un Dieu généreux et attentif qui nous invite à ne pas nous enfermer dans l’indifférence ou le mépris.

 Le message du Christ est clair : la foi juste est une foi humble.

 La justesse de l'humilité, Soyez humble et ne vous comparez pas aux autres.

Comment l'homme est-il sauvé ? Un homme est-il justifié (considéré comme juste) par ses voies ou par sa foi en Jésus-Christ ? Comparez Romains 2-3 et Jacques 2 :14-26.

 Elle appartient à celui qui ne va pas déconsidérer ceux qui l’entourent, ni chercher à occuper le devant de la scène. Elle anime aussi celui qui ne se réfugie pas derrière la justification de ses comportements, mais accepte plutôt un examen de conscience en coeur à coeur avec le Seigneur.

Jésus ne nous demande pas de ruminer nos fautes et de nous arrêter dessus. Mais de tenir bon, reprendre et poursuivre la route qui se dessine devant nous en « aimant notre prochain comme nous-mêmes » (Mc 12). Pesons bien chaque mot de cette invitation…
L’humilité est d’accepter avec douceur la réalité, la vérité de son être avec les bons comme les mauvais côtés. Nous pouvons prendre appui en toute confiance sur les bâtons de la mesure et de l’humilité, pour marcher sur le chemin de la justesse vers le Seigneur, et avec Lui.

 Questions d'étude biblique (Luc 18: 9-14

• À qui Jésus a-t-il ciblé l'enseignement de cette parabole (18:9) ?

• Pensez-vous que ce problème des personnes pharisaïques est autant un problème aujourd'hui qu'à l'époque ? Expliquer.

• Jésus dit que parce qu'ils se faisaient confiance, ils avaient deux problèmes. Quels étaient-ils (18:1) ?

• Comment chacun de ces points de vue affecte-t-il sa relation avec Dieu et les autres ?

• Comment se passe la parabole (Luc 18 :10-13 ?

• Qui étaient les principaux acteurs ? Qui représente chaque personne ?

• Qu'est-ce que chaque homme a fait et quelle a été sa récompense ?

• Quelle était la règle utilisée par Jésus à partir de laquelle Il jugé ces hommes (Luc 18:14) ?

Les questions d'application

Dans quels domaines de la vie avez-vous « confiance en vous » ? Est-ce bon ou mauvais à la lumière de Luc 18 : 9 ?

Est-ce bien d'être meilleur que les autres ? Comment pouvons-nous grandir dans la justice sans devenir pharisaïques ?

Nous sommes appelés à nous humilier. Nommez sept façons de vous humilier et faites-les ! Après avoir fait votre liste,

Beaucoup de gens qui ont une religion ou une philosophie sont pharisaïques. Ils pensent que leurs voies sont meilleures que les autres et, par conséquent, ignorent Dieu et méprisent les autres. Cela est également vrai parfois de ceux qui professent être chrétiens. Connaissez-vous de telles personnes ? Comment sais-tu que tu n'es pas comme ça ?

Réfléchissez aux gens soi-disant « tolérants ». Pourquoi sont-ils si intolérants envers les personnes qui ne sont pas d'accord avec eux ? (par exemple, les humanistes méprisent simplement les créationnistes). Pensez-vous que c'est parce qu'ils méprisent les autres qui ne sont pas aussi bons qu'eux (c'est-à-dire selon leurs normes) ?

Un résumé (Luc 18:9-14)

Les gens ont tendance à avoir deux extrêmes.

 Nous pouvons facilement tomber dans la catégorie des impuissants où nous ne faisons pas confiance au Seigneur (Luc 19: 1-8) ou avons beaucoup de confiance mais au mauvais endroit - dans ce cas, c'était en comparant les choses qu'il a faites avec les autres. Dans le premier cas, Dieu n'obtient pas de gloire parce que nous ne demandons pas à voir Ses grandes œuvres. Il ne les fait pas. Dans le dernier, nous sommes tellement concentrés sur nous-mêmes que nous ne pouvons même pas penser à Sa gloire.

mardi 18 octobre 2022

DIMANCHE MISSIONNAIRE 2022

Unir nos voix avec les cantiques tirés d’un autre recueil est aussi une façon de vivre et témoigner de l’Église universelle. DIMANCHE MISSIONNAIRE 2022

 https://www.youtube.com/watch?v=spCUA70EihQ

 Chorale du Butor

Enregistrement à l'Église de la Ste Famille

St Joseph

 NE RENTREZ PAS CHEZ VOUS COMME AVANT

paroles et musique: J. Lesbordes et P. Buchet-Chaste | visionner une vidéo

 

 Refrain : Ne rentrez pas chez vous comme avant

               Ne vivez pas chez vous comme avant

              Changez vos coeurs, cassez vos peurs

              Vivez en hommes nouveaux !

 1-

A quoi bon les mots, si l’on n’entend pas,

A quoi bon les phrases, si l’on n’écoute pas,

A quoi bon la joie, si l’on ne partage pas,

A quoi bon la vie, si l’on n’aime pas ?

(Refrain)

 2-

Pourquoi une chanson si l’on ne chante pas,

Pourquoi l’espérance si l’on n’y croit pas,

Pourquoi l’amitié si l’on n’accueille pas,

Pourquoi dire l’amour si l’on n’agit pas ?

(Refrain)

 3-

Je vais repartir, je veux te prier,

Je vais repartir et je veux t’écouter,

Je vais repartir et je veux te chanter,

Je vais repartir, je veux t’annoncer.

(Refrain)

 

samedi 15 octobre 2022

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 18, 1-8

 Prier en tout temps et ne pas se décourager

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples une parabole sur la nécessité pour eux de toujours prier sans se décourager : `` Il y avait dans une ville un juge qui ne craignait pas Dieu et ne respectait pas les hommes. Dans cette même ville, il y avait une veuve qui venait lui demander : “Rends-moi justice contre mon adversaire.” Longtemps il refusa ; puis il se dit : “Même si je ne crains pas Dieu et ne respecte personne, comme cette veuve commence à m’ennuyer, je vais lui rendre justice pour qu’elle ne vienne plus sans cesse m’assommer.” ``Le Seigneur ajouta : `` Écoutez bien ce que dit ce juge dépourvu de justice ! Et Dieu ne ferait pas justice à ses élus, qui crient vers lui jour et nuit ? Les fait-il attendre ? Je vous le déclare : bien vite, il leur fera justice. Cependant, le Fils de l’homme, quand il viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ?

29e dimanche du temps ordinaire C

Monde affairé, prière constante

Dieu, dans sa justice et sa bonté, est toujours à l’écoute de ceux et celles qui se tournent vers lui avec confiance et persévérance. Tout le monde est appelé à entrer dans cette expérience qui apaise les cœurs.

 La parabole de la veuve et du juge injuste enseigne la persévérance, la foi et la prière, avec une promesse de la justice ultime de Dieu

 Points clés:

 Nous devons prier sans cesse.

La persévérance est importante.

Dieu est bon et fait toujours ce qu'il y a de mieux.

 Jésus prépare son peuple au pire. Il sait que les choses vont radicalement changer pour le pire (18:31-34). Ses jours sur terre sont limités. Une fois partis, ils doivent vivre par la foi.

La foi est essentielle à la communion avec Dieu. Sans foi, nous n'avons aucun espoir. La force de notre foi vient du temps que nous passons avec lui chaque jour. Satan essaie de nous imposer des circonstances désastreuses afin que nous perdions la foi et que nous arrêtions de prier. Dieu, cependant, veut que nous continuions à prier parce qu'il veut faire de grandes et puissantes choses à travers nos prières. Ce n'est pas nous qui faisons les grandes choses, mais Lui. Nous nous souvenons de sa grande puissance alors que jour et nuit nous crions vers lui dans la prière et le voyons répondre à la prière en son temps.

Le Seigneur s'adresse à nous tous afin que nous soyons prêts pour les temps sombres qui nous attendent. C'est dans les moments difficiles qu'il faut persévérer. Quand il fait noir, rappelez-vous que l'aube approche. Lorsque les choses semblent sans espoir, c'est juste à  ce moment-là que nous devons continuer à prier.

 Être persistant dans la prière ne signifie pas une répétition sans fin dans des séances de prière douloureusement longues. Toujours prier signifie garder nos demandes constamment devant le Seigneur jour après jour, croyant qu'il répondra. Dieu peut tarder à répondre à notre prière, mais Ses retards ont toujours de bonnes raisons. En persistant dans la prière, nous grandissons en caractère, en foi et en espérance. Si nous savons qu'il nous aime, nous pouvons croire qu'il entendra nos appels à l'aide.

 Les questions d'étude biblique (Luc 18: 1-8)

 • Avez-vous déjà fait face à une situation où vous avez pensé à abandonner la prière ? Expliquer. Avez-vous abandonné?

 • Pourquoi les gens perdent-ils espoir ?

 • Quel est le point de vue de Jésus sur la parabole du juge et de la sagesse comme dit dans Luc 18:1 ?

 • Décrivez la parabole dans Luc 18:2-7. Si vous le pouvez, jouez-le !

 • Quels sont les éléments clés de cette parabole (Luc 18 :2-7) ? Comment pourrions-nous les affronter dans nos vies ?

 • Pourquoi le Seigneur comparerait-il Dieu à un juge injuste (Luc 18:6-8) ?

 • Pourquoi le peuple de Dieu pourrait-il crier jour et nuit (Luc 18:7) ?

 • Pourquoi Dieu retarde-t-il l'aide à son peuple ? (Remarque : comment ils doivent continuer à crier).

 • Quelle est la réponse à la question de Jésus : « Trouvera-t-il la foi sur la terre ? (Luc 18:9) ?

mardi 11 octobre 2022

Pour rire

L’incroyable  casse-pieds.

Un pieux vieil homme priait cinq fois le jour, tandis que son partenaire en affaires ne mettait jamais les pieds à l’église. Or à son quatre vingtième anniversaire de naissance, il pria ainsi : ``Ô Seigneur notre Dieu! Depuis ma jeunesse, je n’ai pas laissé passer un seul jour sans venir à l’église pour y réciter mes prières aux cinq moments déterminés. Je n’ai pas fait un seul pas, pas pris une seule décision, importante ni négligeable, sans d’abord invoquer votre nom. Et aujourd’hui, dans mon grand âge. J’ai doublé le nombre de mes exercices de pitié, et vous prie sans cesse, jour et nuit. Et pourtant, me voici en ce lieu,  pauvre comme un rat d’église. Mais voyez mon partenaire en affaires : il boit, s’adonne au jeu et, même à son âge avancé, il fraie avec des femmes au caractère douteux – et pourtant il roule sur l’or. Je me demande si aucune prière a  jamais frôlé ses lèvres. Oh! Je ne demande pas qu’il soit  puni, cela ne serait pas chrétien. Dites-moi seulement : pourquoi, pourquoi, pourquoi… avez-vous permis qu’il prospère, et pourquoi me traitez-vous comme vous le faites?``

``Parce que,  répondit Dieu, tu es un incroyable casse-pieds!``

 Pour aller plus loin

 Dans cette histoire, Jésus nous explique qu’il faut prier Dieu jusqu’à lui casser la tête! Alors, pas d’hésitation : demande-lui toujours et encore ce qui te tient à cœur. Mais pas n’importe quoi, bien sûr! Demande-lui ce qui t’aidera à vivre dans la justice et l’amour. Demande-lui ce qui t’aidera à lui ressembler. 

lundi 10 octobre 2022

samedi 8 octobre 2022

ÉVANGILE DE JÉSUS-CHRIST SELON SAINT LUC 17,11-19

Êtes-vous reconnaissant ?

En ce temps-là, Jésus, marchant vers Jérusalem, traversait la région située entre la Samarie et la Galilée. Comme il entrait dans un village, dix lépreux vinrent à sa rencontre. Ils s’arrêtèrent à distance et lui crièrent : « Jésus, maître, prends pitié de nous. » À cette vue, Jésus leur dit : « Allez- vous montrer aux prêtres. » En cours de route, ils furent purifiés. L’un d’eux, voyant qu’il était guéri, revint sur ses pas, en glorifiant Dieu à pleine voix. Il se jeta face contre terre aux pieds de Jésus en lui rendant grâce. Or, c’était un Samaritain. Alors Jésus prit la parole en disant : « Tous les dix n’ont-ils pas été purifiés ? Les neuf autres, où sont-ils ? Il ne s’est trouvé parmi eux que cet étranger pour revenir sur ses pas et rendre gloire à Dieu ! » Jésus lui dit : « Relève-toi et va : ta foi t’a sauvé. »

Questions pour un partage :

 1. Après avoir écouté, médité, prié cette Parole, qu’est-ce que je peux partager des fruits reçus : passage qui m’a marqué, qui m’a posé question … un mot ou un verset

nourrissant … un sentiment ressenti …

 2. `` Relève-toi et va : ta foi t'a sauvé `` : Puis-je exprimer aux autres ce qu’est la foi pour moi ? Quelle définition j’en donnerai ?

 3. `` Allez vous montrer aux prêtres `` : la foi nécessite des actes. Puis-je partager ma manière concrète de vivre ma foi au quotidien ou mes difficultés à y arriver ?

 4. `` Il se jeta la face contre terre aux pieds de Jésus en lui rendant grâce ``. Est-ce que je rends grâce facilement à Dieu pour ce qu’il réalise dans ma vie et dans celle de mes frères ?

Savoir Remercier

Savoir remercier, savoir louer pour ce que le Seigneur fait pour nous, combien c’est important !« Sommes-nous capables de dire merci ? Combien de fois disons-nous merci à celui qui nous aide et qui nous est proche ? ».

 L’Évangile de ce dimanche (cf. Lc 17, 11-19) nous invite à reconnaître avec étonnement et gratitude les dons de Dieu. Sur la route qui le conduit vers la mort et vers la résurrection, Jésus rencontre dix lépreux, qui vont à sa rencontre, s’arrêtent à distance et crient leur malheur à l’adresse de cet homme chez qui leur foi a perçu un éventuel sauveur : « Jésus, maître, prends pitié de nous » (v. 13). Ils sont malades et cherchent quelqu’un pour les guérir. Jésus, en répondant, leur dit d’aller se présenter aux prêtres, qui, selon la loi, étaient chargés de certifier une guérison éventuelle. Ainsi, il ne se limite pas à faire une promesse, mais met leur foi à l’épreuve. À ce moment-là, en effet, les dix ne sont pas encore guéris. Ils recouvrent la santé, tandis qu’ils sont en chemin, après avoir obéi à la parole de Jésus. Alors, tous remplis de joie, ils se sont présentés aux prêtres, et ensuite ils s’en sont allés chacun son chemin, oubliant cependant le Donateur, c’est-à-dire le Père qui les a guéris par l’intermédiaire de Jésus, son Fils fait homme.

Un seul fait exception : un samaritain, un étranger qui vit en marge du peuple élu, presqu’un païen ! Cet homme ne se contente d’avoir obtenu la guérison à travers sa propre foi, mais il fait en sorte que cette guérison atteigne sa plénitude en revenant exprimer sa gratitude personnelle pour le don reçu, reconnaissant en Jésus le vrai Prêtre qui, après l’avoir relevé et sauvé, peut le mettre en chemin et l’accueillir parmi ses disciples.

Savoir remercier, savoir louer pour ce que le Seigneur fait pour nous, combien c’est important ! Et alors, nous pouvons nous demander : sommes-nous capables de dire merci ? Combien de fois nous disons-nous merci en famille, en communauté, dans l’Église ? Combien de fois disons-nous merci à celui qui nous aide et qui nous est proche, à celui qui nous accompagne dans la vie ? Souvent, nous tenons tout pour acquis ! Et cela se produit également vis-à-vis de Dieu.

Il est facile d’aller vers le Seigneur demander quelque chose, mais revenir pour remercier…. C’est pourquoi, Jésus souligne avec force le manquement des neuf lépreux ingrats : « Tous les dix n’ont-ils pas été purifiés ? Il ne s’est trouvé parmi eux que cet étranger pour revenir sur ses pas et rendre gloire à Dieu ! » (Lc 17, 17-18).